Sécurité sanitaire des aliments
Accueil | Contact | maisadour-semences.com | English version

Qualité sanitaire du maïs & Mycotoxines

Les résultats de 5 années d'études

Evaluation de la tolérance des HYBRIDES
de maïs à la fusariose

Ces travaux sont conduits en parallèle de l'étude conduite sur les lignées initiée en 2001. Les hybrides de maïs en cours de développement et les variétés commercialisées par Maïsadour Semences sont analysés à chaque campagne afin de caractériser leur sensibilité au Fusarium et aux mycotoxines, de mieux comprendre la relation champignon/mycotoxines et de cartographier les risques fongiques et mycotoxiques.

Un réseau expérimental dans toute l'Europe

L'étude porte sur 96 hybrides de toutes les précocités mis en essais dans le réseau expérimental très large (plus de 60 lieux) représentant une grande diversité de situations climatiques et culturales.

L’étude systématique depuis 6 ans (2001) de la sensibilité des hybrides au Fusarium et aux mycotoxines, avec des données pluri-annuelles et pluri-locales, apporte une grande fiabilité dans l’évaluation des hybrides et dans les choix de positionnement de ceux-ci.

  

La répartition géographique des Fusarium est très liée au climat, ce facteur étant déterminant pour leur développement.

Ainsi, F. graminearum est plus inféodé à la côté Atlantique européenne et au nord de l'Europe. Alors que F. section Liseola se retrouve plus au sud de l'Europe (sud de la France, Italie, Espagne). Les hybrides précoces seront donc plus soumis à une pression F. graminearum et les hybrides tarfis, à une pression F. section Liseola.

Pour caractériser la tolérance des variétés, trois types d'analyses sont réalisés en routine chaque année sur plusieurs centaines d'échantillons issues du réseau (1205 analyses effectuées sur quatre campagnes) : les notations d'attaques sur épis (Visuel Epi), les analyses sanitaires sur grains et les dosages de toxines produites par les Fusarium.

 

 

Les résultats

 

Etat Sanitaire ?

 

Sélectionnez les résultats à afficher :

Très Précoce &
Précoce
F. Graminearum

Demi-Précoce
F. Liseola

Demi-Tardif, Tardif
Très Tardif
F. Liseola

Tout afficher

Précocité : Maïs Très Précoce
Tolérance des hybrides de maïs au F. Graminearum

Groupe A

 

 

Précocité : Maïs Précoce
Tolérance des hybrides de maïs au F. Graminearum

Groupe B

 

 

Important : la présence de F. graminearum n'induit pas nécessairement la présence de mycotoxines (voir graphe ci-contre, données hybrides 2003 à 2005).

La nature de la souche (capacité à produire des toxines, très variable selon des souches) et les conditions du milieu (conditions climatiques, relation plante-champignon, substrat...) vont déterminer la production de toxines et son niveau. A l'inverse, l'absence de champignon ne garantit pas l'innocuité du produit. Le champignon peut produire des mycotoxines à un moment donné puis disparaître.

L'analyse sanitaire ne suffit pas à conclure sur la sensibilité d'une variété de maïs au développement des mycotoxines. Pour savoir s'il y a eu production de toxines et connaître son intensité, il est nécessaire de faire un dosage de toxines.


Finalement, les niveaux de grains infestés par F. graminearum, de DON et de zéaralénone observés sont faibles, même sur les lieux d'essais situés au nord de l'Europe, zone plus sensible au F. graminearum. En effet, mis à part en 2002, la pression F. graminearum a été faible, les conditions climatiques étant peu favorables à son développement (chaudes et sèches). Sur les essais les plus touchés par F. graminearum, on peut discriminer les hybrides : très peu d'hybrides se révèlent sensibles à ce pathogène et aux toxines associées. Les variétés de Maïsadour Semences apparaissent assez tolérantes au Fusarium graminearum.

 

Précocité : Maïs Demi-Précoce
Tolérance des hybrides de maïs au F. Liseola

Groupe C

 

 

Important : la présence de F. Liseola dans les essais n'implique pas nécessairement qu'une production de mycotoxines a eu lieu (cf graphe ci-contre, données hybrides 2003-2005).

La nature de la souche (capacité à produire des toxines, très variable selon des souches) et les conditions du milieu (conditions climatiques, relation plante-champignon, substrat...) vont déterminer la production de toxines et son niveau. A l'inverse, l'absence de champignon ne garantit pas l'innocuité du produit. Le champignon peut produire des mycotoxines à un moment donné puis disparaître.

L'analyse sanitaire ne suffit pas à conclure sur la sensibilité d'une variété de maïs au développement des mycotoxines.

 

Dans le groupe de précocité C, la pression parasitaire liée à F. Liseola est restée faible sur les quatre années d'essais réalisés. On observe une excellente tolérance globale des variétés Maïsadour Semences. Ces résultats restent à confirmer dans des situations où la pression par F. Liseola serait plus forte.

 

Précocité : Maïs Demi-Tardif
Tolérance des hybrides de maïs au F. Liseola

Groupe D

 

 

Précocité : Maïs Tardif
Tolérance des hybrides de maïs au F. Liseola

Groupe E

 

 

Précocité : Maïs Très Tardif
Tolérance des hybrides de maïs au F. Liseola

Groupe G

 

 

Important : la présence de F. Liseola dans les essais n'implique pas nécessairement qu'une production de mycotoxines a eu lieu. L'analyse sanitaire ne suffit pas à conclure sur la sensibilité d'une variété de maïs au développement des mycotoxines.

Plus les précocités sont tardives et plus les zones de culture correspondent à des situations où la pression liée à la pyrale est élevée. On observe alors une corrélation avec la sensibilité du matériel génétique au F. Liseola.

 

© Maïsadour Semences 2019 | Doc. créé le 25 fév, 2006 - màj le 17 avril, 2008 | Mentions légales |