Accueil » Maïs grain » Les dossiers » Helminthosporiose

Lutte contre l'helminthosporiose

Le point sur l'helminthosporiose

L’helminthosporiose fusiforme (dite commune), due à l’agent pathogène Helminthosporium turcicum, est connue dans le Sud Ouest de la France depuis 1960. Depuis une dizaine d'années, on constate une progression très rapide de l’helminthosporiose des zones tardives de culture du maïs vers les zones plus précoces. Après une évolution vers les zones 1/2 précoces notamment en Vendée et en Deux-Sèvres et Alsace, surtout sur les maïs grains irrigués, c'est la Bretagne qui a été assez largement touchée en 2007.

La progression de la maladie observée depuis quelques années et le risque important d’attaque sur certaines zones pour 2009, nous incite à partager avec vous nos connaissances actuelles sur ce pathogène et les stratégies mises en place pour limiter son développement.

La sélection variétale apparaît comme le levier le plus performant pour lutter efficacement contre cette maladie.



Les pertes seront d’autant plus importantes que les attaques seront précoces.

Les pertes de rendement peuvent atteindre :
• en grain, environ 25 q/ha
• en fourrage, environ 4 tMS/ha avec une perte d’environ 5 à 10 points d’amidon.

Helminthosporiose symptômes Si la maladie se développe à la floraison, dessèchement rapide du feuillage.
Plante sensible à gauche, tolérante à droite.


  Biologie de l'helminthosporiose


On parle couramment de l'helminthosporiose comme s'il existait une seule espèce. On en dénombre en réalité plusieurs, mais l’Helminthosporium fusiforme, associé à Helminthosporium turcicum, est la forme la plus courante et la plus dommageable économiquement.

Le cycle de
l'helminthosporium turcicum

Cycle de helminthosporium turcicum

L’Helminthosporium turcicum se conserve pendant l’hiver sur résidus de culture et Sorgho d’Alep, sous la forme de conidies ou de chlamidospores.

Dès le stade 6-8 feuilles, si le printemps ou le début de l’été sont chauds et humides (t de18-27 °C et humidité relative 90-100 % ou rosée), le champignon peut se développer via la germination des conidies et infecter les feuilles. L’apparition des premiers symptômes d’attaques (taches fusiformes) se fait en général sur les feuilles du bas. Si les conditions sont favorables, les symptômes apparaissent entre 5 et 12 jours après l’infection.

Ensuite, le champignon aidé par les pluies (ou l’irrigation et le vent) contamine les différents étages foliaires, du stade 10-12 feuilles jusqu’à la sénescence.

Des conditions sèches, non favorables au développement du champignon, vont réduire l’incidence de la maladie.

 

Facteur favorables au développement de l'helminthosporiose

Les conditions climatiques, durant le printemps voire le début de l’été, vont conditionner la germination des spores d’helminthosporium présentes dans les résidus de culture ainsi que le risque de développement de la maladie. Les conditions culturales peuvent également expliquer ce développement :

• de fortes attaques l’année précédente : elles sont associées à un risque fort de contamination pour l’année suivante,

• la monoculture de variétés sensibles : elle favorise l’installation durable du champignon dans les parcelles,

• la fréquence élevée des irrigations sous pivot : elle maintient des conditions d’humidité élevées, favorables à la sporulation (donc à la contamination
tardive, voir schéma du cycle ci-contre),

• le maintien de débris végétaux en surface par un broyage et un enfouissement incomplet : il constitue un réservoir d’inoculum pour la culture suivante,

• les techniques culturales sans labour et les semis directs.

Conséquences économiques

Les pertes de rendement peuvent atteindre :
• en grain, environ 25 q/ha
• en fourrage, environ 4 tMS/ha avec une perte d’environ 5 à 10 points d’amidon.

Les pertes seront d’autant plus importantes que les attaques seront précoces.

  Prolifération et moyen de lutte

Evolution de la prolifération de l'helminthosporiose sur les cultures de maïs 1994 - 2007

Entre 1994 et 2007, on observe une remontée vers les zones nord, de la côte atlantique jusqu’en Bretagne, et une progression vers l’Est. La contamination des zones touchées par l'helminthosporiose est en partie attribuée à la monoculture des variétés sensibles et au non respect des techniques culturales de base.

Aussi, l'évolution de la maladie qui s'adapte aux conditions climatiques et aux améliorations génétiques, reste préoccupante.

Des solutions de lutte pour enrayer la progression

• Broyage fin des résidus de culture et labour (enfouissement des débris à l’automne) ce qui réduit considérablement la survie des clamydospores.

Cette technique aura aussi pour but de lutter efficacement contre les fusarioses sur épis.

• Le recours à la lutte chimique est possible et des produits de la famille des strobilurine ou des triazoles peuvent être utilisés lors de forte pression, soit en préventif, soit en curatif. Mais ces traitements n’ont qu’une efficacité de 80 % dans le meilleur des cas et n’évitent pas le redémarrage du champignon au bout d’une dizaine de jours.

• Dans tous les cas :
CHOISIR une variété TOLÉRANTE à l’helminthosporiose,

c’est EMPÊCHER cette maladie de s’installer durablement dans la parcelle et protéger le rendement.

 

 

  L'avis du sélectionneur

L'interview

Pascal Duchateau, sélectionneur maïs
Pascal DUCHATEAU
Sélectionneur maïs

Depuis quand avez-vous intégré la tolérance à l’helminthosporiose dans vos critères de sélection ?

La tolérance à l’helminthosporiose a été prise en considération très tôt chez Maïsadour Semences. Ceci est surtout lié au fait qu’une partie de nos pépinières de recherche est implantée près de Mont-de-Marsan et que nous avons été confrontés très tôt à la problématique helminthosporiose dans le sud-ouest (départ historique des foyers).

Cette situation géographique nous a amenés très rapidement à trier notre matériel denté face à cette maladie.

Mais avec l’évolution de la maladie vers l’est et le nord-ouest, en 2000 nous avons été confrontés à d’autres problématiques :
tolérance de notre matériel corné traditionnellement sélectionné en zones à faibles risques en helminthosporiose,
développement de nouvelles races d’Helminthosporium sur le sol français.

A l’origine, il n’y avait qu’une seule race : la race 0. Mais les races 1, 2 ont été identifiées ces dernières années. Des études réalisées dans différents pays rapportent l’existence de très nombreuses races d’Helminthosporium turcicum : 0, 1, 2 , 3, N, 12, 2N, 23N…

 

 

Races d'Helminthosporium turcicum et gènes de résistances assortis dans le maïs
Gènes de résistances à Helminthosporium turcicum, d'après Léonard, 1989
R : résistant - S : sensible (table adaptée de Léonard, 1989)

Quels sont vos axes de recherche ?

Dans un premier temps, nous avons travaillé sur des résistances monogéniques. Les gènes Ht1 et Ht2, trouvés sur des populations de pop corn et sur des lignées sélectionnées aux États Unis, nous ont permis de maîtriser certaines races d’helmintho assez rapidement.

Mais en expérimentant nos hybrides sur différents lieux européens, exposés à différentes races d’helminthosporiose turcicum, nous avons pu constater que certaines souches pouvaient contourner le gène de résistance.

Depuis 2000, nous avons opté pour une sélection polygénique, en travaillant sur différentes sources de lignées tolérantes connues (MO17, GE440, …) qui apportent une tolérance globale à Helminthsporium turcicum, quelles que soient les races.

Dans ce travail, nous sommes aidés et orientés par le laboratoire biotechnologique de Mont de Marsan et par les techniques de sélection assistée par marqueurs. Dans le même temps, nous avons étendu nos sites de testage des hybrides dans les zones à risque au niveau européen. C’est ainsi que toutes nos lignées élites et nos hybrides sont testés dans le sud-ouest, dans le sud de l’Allemagne, dans l’est de la France et dans le Finistère. Des notations et des courbes d’évolution de maladie de chaque génétique sont réalisées chaque année pour apprécier la qualité et le comportement de nos hybrides faces à l’helminthosporiose.

Ce travail nous a permis de sélectionner des variétés auxquelles ont attribue le label : HT+. Dans cette liste on trouve des variétés très précoces à très tardives comme par exemple : AMELIOR, Mas 18.C, CANON, DIOR, POLLEN, CULTURA, Mas 53.B et ALPAGA…



François Boche, ingénieur marketing et développement, chef produit Maïs fourrage
Par François Boche,
Ingénieur Maïsadour Semences


Voir aussi :

  Le guide des variétés de maïs fourrage
  La gamme des hybrides maïs grain
  Autres maladies : voir le lexique technique
  INRA : belles photos de feuilles contaminées


© Maïsadour Semences 1999-2014 | Mise à jour le 31 juillet, 2009 | Mentions légales
Actualités et Evènements | Nous contacter | Site Groupe MAS Retour site groupe